4. L’Ecart

Le Preneur d’une Prise ou d’une Garde dispose des 6 cartes du Chien qu’il mêle à son jeu. Puis il “écarte” six cartes, parmi les 24 qu’il détient alors.

Ces 6 cartes de l’écart restent secrètes durant le déroulement du coup et seront comptabilisées au Preneur en fin de partie.

On ne peut écarter ni Roi Rois ni Bouts : on n’écarte des atouts que si cela s’avère indispensable et en les montrant alors à la Défense.

Une fois l’écart formé; le Preneur déclare “Jeu” et l’écart ne peut plus alors être modifié ni consulté.

Seul contre tous le Preneur va cependant disposer d’un énorme avantage.
Celui “d’écarter” 6 cartes connues de lui seul parmi les 24 qu’il détient.

Avantage double :
— Détenir 6 cartes de plus que les autres joueurs. Cet apport de 6 cartes correspond en probabilité à un “+” offert au Preneur d’environ 8% de la force totale du jeu.
— Et surtout la possibilité de “construire” son jeu, c’est-à-dire de rajouter à la configuration initiale de celui-ci une importante valeur distributionnelle.

La valeur distributionnelles la meilleure est celle vous permettant de gagner la “Course de vitesse”.

Elle se traduit par :

  1. Des Atouts suffisamment longs et solides pour :
    — Chasser éventuellement le Petit
    — Faire tomber les atouts adverses
    — Réaliser des levées de coupe
  2.  Au moins une longue pour :
    — Epuiser l’adversaire à l’Atout
    — Réaliser des levées de longueur avec des basses cartes affranchies une fois que l’adversaire n’a plus d’atout.
  3. La création de reprises de mains qui peuvent être :
    a) Des honneurs ; par leur nature ceux-ci contrôlent la couleur (Roi contrôle au 1er tour, Roi, Dame contrôlent au 1er et 2e tour, etc.)
    En les rendant courts, on contrôle la couleur au tour suivant par la coupe.
    Exemple :
    Roi sec =
    Contrôle au 1er tour par le Roi
    Contrôle au tour suivant par la coupe

    Dame-Cavalier = Cette combinaison représente une reprise de main une fois le Roi adverse tombé.
    Bonne combinaison lorsqu’elle mène une longue.
    Attaquez du Cavalier vous obligerez l’adversaire à prendre du Roi.
    Rejouez ensuite la Dame.
    Puis une autre petite carte de la couleur pour faire maintenant couper vos adversaires.
    N.B. – Votre petit mariage doit être au plus 6e pour procéder de cette façon.
    Au-delà les probabilités sont grandes de voir vortre Dame coupée au second tour.

    b) La ou les Coupes
    En général vous constituerez au moins une coupe.
    AVANTAGES :
    Cela vous permettra d’une part :
    — De prendre la main par la coupe dès que cette couleur est jouée.
    — De prendre les points de l’adversaire dans cette couleur.
    — Eventuellement de placer votre Petit.

    INCONVENIENTS :
    — En coupant, vous vous raccourcissez à l’Atout et vous risquez ainsi de perdre la supériorité numérique, donc le contrôle de l’atout et donc le contrôle du coup.

    En conséquence, si vous possédez une belle main d’Atout soutenue par une belle longue, vous pourrez vous permettre de faire 2 coupes.
    Vore raccourcissement à l’Atout sera compensé par celui que vous imposerez à l’adversaire en le faisant couper dans votre longue.
    A contrario : Si vous possédez une main moyenne d’atout (moins de 8) et une malheureuse longue de 5 cartes, il serait suicidaire de vous faire 2 coupes, une seule peut déjà présenter un danger.

    c) Singletons et Doubletons
    Définition :
    Singleton = 1 seule carte dans la couleur
    Doubleton = 2 cartes dans la couleur
    Conserver une de ces deux combinaisons, c’est s’assurer le contrôle de la couleur au 2e ou 3e tour en coupant.

    INCONVÉNIENT :
    Vous ne contrôlez pas le 1er tour (sauf s’il s’agit d’un singleton du roi, ou d’un doubleton Roi/Dame).
    Vous laissez à la Défense la possibilité de placer des points que vous auriez pris si vous aviez coupé plus tôt.

    COMPENSATION :
    Vous économisez un ou deux atouts.

    RECETTES :
    — Garder un Roi sec permet de contrôler complètement la couleur.
    — Garder un mariage 3e (Roi/Dame + basse carte) peut s’avérer excellent avec une main moyenne à l’atout, car au 3e tour il est probable qu’au moins un des défenseurs sera obligé de couper, alors qu’un de ses partenaires est maître (du Cavalier par exemple).
    — Combinaison d’honneurs non consécutifs :
    Exemple :
    Roi – Cavalier
    Dame – Valet
    Roi 10
    Dame 10

    Par définition, ces diverses combinaisons appelées “fourchettes” ou séquences interrompues (exemple : entre Roi et Cavalier manque la Dame) ne devront pas être jouées en premier par celui qui les détient.
    Il devra attendre que l’adversaire en joue pour faire une “impasse”, c’est-à-dire placer le plus petit honneur en espérant que l’honneur manquant soit détenu par un joueur ayant déjà fourni pour la levée.
    Exemple : Roi – Cavalier
    En attaquant du Roi on condamne à coup sûr le Cavalier.
    En revanche si on attend que l’adversaire joue cette couleur on risquera le Cavalier qui, s’il passe (la Dame étant placée avant) matérialisera votre levée.
    Et vous resterez maître dans cette couleur avec le Roi.

    Il est bien certain que si cette combinaison mène une couleur longue, cette couleur sera rejouée.
    Il peut alors être préférable de ne pas faire l’impasse.

    L’enseignement du Chien
    La composition du Chien interviendra sur le jeu de la défense.
    Au moment de votre écart envisagez quelle pourra être la stratégie de la défense.
    Essayez dès cet instant de la contrecarrer.
    Si la connaissance du Chien et la faiblesse de vos atouts vous donnent à penser que la défense va jouer atout, gardez vos honneurs que vous aurez une bonne chance de réaliser une fois vos atouts disparus.
    A contrario si vous estimez que la défense ne va pas jouer atout, mettez à l’écart vos honneurs intermédiaires qui risqueraient sans cela d’être coupés par les atouts de la défense.

    L’Ecart et le Petit au bout
    Votre main d’atout est telle que vous pensez emmener le Petit au bout. Votre écart sera fait en conséquence, en évitant de vous faire raccourcir rapidement à l’atout.
    Pensez à ce moment-là qu’une coupe peut être plus un handicap qu’un avantage.
    A moins que vous ne possédiez de beaux tarots maîtres et une jolie longue.